Nouveautés Plan du site Newsletter Sites APF Ecoute Infos Contact
Accueil du siteTémoignages, partage d’expérienceVous nous dites ... tous les témoignagesVous nous dites : Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures
Dernière mise à jour :
mardi 18 décembre 2018
Statistiques éditoriales :
550 Articles

Statistiques des visites :
1903441 
depuis 01 Octobre 2007


Informations

Les Gobelins
Collaborations avec l’école de l’image de Paris.
 

Exprimez-vous

Vous nous dites... partage d’expériences.

et lisez les témoignages :

 

l’Accessibilité c’est aussi de pouvoir être compris dans les lieux publics :

JPG - 35.5 ko
 

Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures, Solange témoigne

Auteur : APF Ecoute Infos |  17750 visites | En ligne : 5 juin 2012

Vous pouvez aussi témoigner si vous le souhaitez à ce questionnaire témoignage

Je suis  : Une femme
Je m’appelle (prénom anonyme ou pas) : Solange
Votre âge ?  : 36 ans
Où habitez-vous actuellement (département ou ville) ? : Drôme

Je suis atteinte d’IMC, née prématurée à 27 semaines de grossesse. Toutefois, si le handicap moteur existe, il est bien compensé. En fait, je marche sur mes deux jambes, utilise des chaussures orthopédiques, une canne parfois et que depuis quelques années.

A l’époque de ma scolarité, je marchais, je courrais même un peu, sautais un peu à la corde à sauter. Les performances étaient moindre par rapport à une personne valide mais rien ne m’empêchait de me déplacer. Je n’ai même pas été dispensée de cours d’EPS (sauf pour le bac), les enseignants adaptaient leur barème de notation préférant mettre l’accent sur la participation, la relation aux autres que sur la performance.

De fait, si problèmes il y a eu, c’était bien par rapport à la mal voyance. En effet, si au niveau moteur on pourrait presque réduire le handicap à une boiterie ce qui fait peu. Du coté vue, un seul œil est fonctionnel et encore il est affublé d’une très forte myopie qui n’est pas entièrement compensé par les lunettes (acuité vue corrigée de l’ordre de 3 dixième).

Indiquez la formation professionnelle ou les études supérieures entreprises ? :
J’ai obtenu un BTS Analyses biologiques que j’ai voulu compléter avec des cours du soir en biologie, chimie au CNAM (Conservatoire des arts et métiers). A l’époque, j’habitais à proximité de Lyon. Mais comme j’ai eu de grosses difficultés à trouver un emploi, j’ai déménagé dans la Drôme quand une amie m’a proposé de travailler avec elle dans son association d’insertion pour personnes handicapées.
Cela a duré quelques temps, puis après un bilan de compétences, j’ai passé un titre professionnel de secrétaire comptable.
Aujourd’hui, je travaille dans un centre de formation pour apprentis et j’envisage de passer un BTS Assistant de manager par la VAE (validation des acquis de l’expérience) puis de m’inscrire à l’université pour passer une licences professionnelle.

Avez-vous bénéficié d’une aide ? :
Lorsque j’ai passé le BTS analyses biologiques, j’ai bénéficié d’un temps supplémentaire pour les épreuves pratiques. Ce temps ne m’a en fait servi à rien ou presque car le seul moment où j’en ai eu besoin, il s’agissait de faire une mise au point au microscope que je n’ai pas réussi à faire. C’est l’une des surveillantes qui voyant le temps que je prenais pour cela m’a proposé de la faire mais me laissant interpréter ce que je voyais.
Quand j’ai passé le titre professionnel, chaque personne reconnue travailleur handicapé bénéficiait d’un temps supplémentaire mais je suis la première à avoir rendue mon dossier quelques minutes avant la fin de l’épreuve.
Cependant pendant cette formation, j’ai obtenu un soutien qui m’a vraiment beaucoup aidé.
Lorsque j’ai commencé ma formation à l’AFPA, j’ai rencontré le référent handicap du centre de formation. Il m’a dit je ne connais pas grand chose à la malvoyance alors je vais t’envoyer dans un centre qui connait mieux et qui pourra nous dire comment aménager la formation. Je suis donc aller faire un bilan fonctionnel à Lyon. Dans ce bilan, il y a un entretien avec une psychologue et grâce à elle j’ai compris que si je suis très loin d’être une malvoyante lourde, j’en suis quand même une et que j’avais parfaitement le droit de demander de l’aide pour cela. Dans le cas présent, un logiciel d’agrandissement de caractère que le centre pour malvoyant m’a prêté avant que je puisse acheter le mien financé par l’AGEFIPH. Je l’ai d’abord installé sur un des ordinateur du centre de formation puis sur mon ordinateur personnel.
Mais aussi quand j’ai suivi les cours du soir, je n’ai jamais eu de difficultés pour demander les copies des cours (notamment ce qui était projeté avec la lumière que je n’arrive pas à lire) ou pour me faire déposer prés d’une station de métro car il n’y avait plus de car et que je ne peux passer le permis.

Avez-vous rencontré des problèmes avec l’accessibilité ? :
N’ayant pas de gros problèmes moteurs, pour se déplacer ce n’est en général pas trop compliqué et heureusement car en fait aucun des établissement que j’ai fréquenté n’était accessible pour une personne en fauteuil roulant. Un certain nombre d’escaliers n’ont pas de main courante pour se tenir. Toutefois, pour m’être rendue récemment dans certains de ces établissements, des travaux ont été faits.

Vos contacts avec les autres

Les profs, les ami(e)s, votre intégration ? :
Pas de soucis particuliers, en BTS j’ai été délégué de classe. Pour le reste c’est de la formation professionnelle pour adulte, les personnes sont donc assez grandes pour questionner si elles le souhaitent. Si elles n’osent pas et préfèrent rester dans leurs préjugés, j’estime rien avoir à faire avec elles, ce qui simplifie l’intégration.

Vie professionnelle

Êtes-vous entré dans la vie active ? :
Après mon BTS, j’ai travaillé dans un laboratoire de recherche sur un contrat aidé puis un remplacement dans une mission d’intérim mais après plus rien pendant longtemps. Je suppose que la combinaison de légère boiteuse dans des laboratoires à étages et grosses lunettes pour effectuer une prise de sang n’incitait pas à la confiance. En fait c’est à cette époque que j’ai découvert que j’étais vraiment handicapée. Dans le regard des autres bien plus que dans le mien. Mais c’est aussi à cette époque j’ai appris à m’affirmer.

Aujourd’hui, je travaille dans un centre de formation pour apprentis comme secrétaire en contrat à durée indéterminée avec un poste aménagé mais un contrat normal. Le fait que je sois porteuse d’un handicap n’est pas une bizarrerie. Il faut dire que je ne suis pas la seule personne reconnue travailleur handicapé de l’entreprise : 4 TH parmi les salariés (sur 67) et une petite quinzaine parmi les apprentis reçus en formation (sur plus de 1000 c’est peu). Les locaux ont mon âge et ne sont pas accessibles pour une personne avec un handicap moteur conséquent.

- Solange a répondu au questionnaire sur sa scolarité en primaire et secondaire.

Nous vous remercions de votre témoignage Solange.

 

Articles de cette rubrique

  1. « Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures » Hélène témoigne.
    Origine : 22 octobre 2018 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 22 octobre 2018

  2. Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures, Christine témoigne (53 ans)
    Origine : 26 septembre 2014 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 26 septembre 2014

  3. Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures, Diana témoigne (23 ans)
    Origine : 17 juin 2013 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 21 juin 2013

  4. Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures, Céline témoigne (37 ans)
    Origine : 13 février 2013 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 14 février 2013

  5. Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures, Laurent témoigne (46 ans et demi)
    Origine : 18 septembre 2012 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 20 septembre 2012

  6. Mon parcours de formation professionnelle ou d’études supérieures, Solange témoigne
    Origine : 2012 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 5 juin 2012

  7. Mon parcours de formation professionnelle et d’études supérieures Stéphanie témoigne (39 ans)
    Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 14 mai 2013