Nouveautés Plan du site Newsletter Sites APF Ecoute Infos Contact
Accueil du siteInfirmité Motrice CérébraleComprendre...L’IMC
Dernière mise à jour :
mercredi 8 novembre 2017
Statistiques éditoriales :
498 Articles

Statistiques des visites :
1750503 
depuis 01 Octobre 2007


Informations

Pétition

Non au recul des droits !

 
Le grand jeu :
 

A lire :

L’excellente Intervention du GIN DEC a l’arrivée de la "Marche des oubliés".

- Pouvoir s’exprimer c’est exister !

Voir le Blog : http://unikom.blogs.apf.asso.fr.

 

Exprimez-vous

Vous nous dites... partage d’expériences.

et lisez les témoignages :

 

l’Accessibilité c’est aussi de pouvoir être compris dans les lieux publics :

JPG - 35.5 ko
 
L’IMC

Sur l’infirmité motrice cérébrale : IMC, IMOC, paralysie cérébrale (cerebral palsy)


IMC : Le guide pratique.

Un livre de 200 pages largement illustré qui aborde simplement tous les aspects de l’Infirmité Motrice Cérébrale.

www.faire-face.fr/boutique.


Qu’est-ce que la paralysie cérébrale (ou IMC) ?

La paralysie cérébrale est liée à une lésion du cerveau survenue dans la période anténatale ou périnatale (pendant la grossesse, l’accouchement ou lors des premiers mois de la vie). Elle touche un cerveau encore en maturation et entraîne un trouble moteur non évolutif (paralysie, troubles de la coordination du mouvement).

« Paralysie cérébrale » (PC) est une mauvaise traduction de l’anglais (cerebral palsy) qui signifie en fait : paralysie d’origine cérébrale : ce n’est pas le cerveau qui est paralysé, c’est la lésion cérébrale qui entraîne des paralysies… Le terme recouvre les anciennes appellations « IMC » (infirmité d’origine cérébrale), classiquement utilisée lorsque la lésion n’entraîne pas, outre les atteintes motrices, de « troubles associés » cognitifs significatifs, même s’il peut s’y associer des difficultés spécifiques des fonctions "supérieures" gênant les apprentissages, notamment scolaires. Quand une déficience mentale notable est associée, on parlait usuellement d’infirmité motrice d’origine cérébrale (IMOC). La paralysie cérébrale est une des causes possibles de polyhandicap.

Les causes les plus fréquentes de PC sont aujourd’hui la prématurité (naissance à moins de 8 mois de grossesse) ou encore une souffrance du nouveau-né pendant l’accouchement. La lésion du cerveau est due à un trouble de la circulation sanguine entraînant une ischémie (diminution de l’apport de sang) ou une hémorragie. La PC n’est pas une maladie génétique.

Les premiers signes, souvent notés par les parents, sont des difficultés ou un retard dans le développement de la motricité chez le nourrisson (tenue de la tête, se mettre assis, ramper, tenir debout puis marcher…). D’autres signes peuvent être notés : des membres raides, une main qui reste fermée… La « maladie » de Little est une forme particulière de PC dans laquelle les troubles moteurs prédominent sur les deux membres inférieurs (jambes). Elle est souvent rapportée à une grande prématurité (synonyme : diplégie spastique du prématuré). Les troubles moteurs de l’élocution du langage ou de la déglutition, la gêne à l’écriture, peuvent représenter des handicaps majeurs. De même, indépendamment des paralysies, il peut exister des troubles des "praxies", c’est-à-dire de la capacité à penser un geste ou une série de gestes pour réaliser une action déterminée. Les troubles associés peuvent être une épilepsie, des troubles du langage ou, plus rarement, des troubles sensoriels.

La PC est due à une lésion qui n’évolue pas mais qui, ayant touché un cerveau en pleine maturation, va gêner le développement de l’enfant : difficultés de contrôle moteur, risque de déformation orthopédique (du squelette), parfois difficultés d’apprentissage scolaire (auxquelles s’ajoutent la contrainte des soins, parfois des opérations).

Ces enfants doivent bénéficier d’une éducation thérapeutique les guidant dans l’apprentissage des possibilités motrices (locomotion, élocution, déglutition si ces fonctions sont touchées), prévenant le retentissement des troubles moteurs sur le squelette (déformations), ainsi que d’une pédagogie spécialisée si des troubles d’apprentissage sont associés.

Source : L’accompagnement des personnes handicapées motrices. Dr M. Delcey. Ed. APF 2000, p. 32-33. Mise à jour janvier 2017.

 

Sommaire  de la rubrique:

Qu’est-ce que l’IMC ? (FFAIMC).  par  FFAIMC

Qu’est-ce que l’IMC ? - Dr V. Leroy-Malherbe (2002).     2002  par  Dr V. Leroy-Malherbe

L’enfant atteint d’infirmité motrice cérébrale - Université Lyon Sud (janvier 2008) Vidéo : Accident cérébral du bébé : les itinéraires bis du développement. (mars 2014).     12 mai 2016  par  Hertz-Pannier L.

Qu’est-ce que l’Infirmité Motrice Cérébrale ou IMC ? (6 vidéos APF Ecoute Infos)     juillet 2010  par  APF Ecoute Infos , Carolyn Marquez, APF Ecoute Infos

Diversité et complexité des conséquences de l’IMC et Paralysie Cérébrale (2009).     15 mai 2009  par  Dr A. Gastal

Conséquences motrices et orthopédiques de l’infirmité motrice cérébrale (2009).     15 mai 2009  par  Conférence inter régionale APF , Pierrette Chardeyre

l’IMC et son vécu au quotidien (vidéos) Pierre Ancet dialogue avec ...     2011  par  Pierre Ancet , Lauriane Pierre

Vidéo : apparition et évolution de l’infirmité motrice cérébrale chez le nourrisson     janvier 1979  par  CERIMES

Vivre avec une IMC à l’âge adulte : le visible et l’invisible (APF 2007)     décembre 2007  par  APF Ecoute Infos

What is cerebral palsy ? Vidéo australienne sous-titrée en français. (2016).  par  Cerebral Palsy Alliance.

Bibliographie : Le handicap moteur cérébral.  par  Ancet P.

Bibliographie : Présentation de l’introduction à « La paralysie cérébrale infantile » de Freud.     5 février 2017  par  APF Ecoute Infos

Paralysie cérébrale. (Québec).  par  Université d’Ottawa (Canada).

Paralysie cérébrale (Infirmité motrice cérébrale) - Santé Ontario, Canada  par  SantéOntario.com

Infirmité motrice d’origine cérébrale - La souffrance cérébrale néonatale (doctissimo)  par  Dr L. Rossant , Dr J. Rossant-Lumbroso

EPIPAGE : une enquête épidémiologique sur les grands prématurés en France (2008)  par  EPIPAGE et INSERM U149